Les nouveaux habits du colportage

Les para-bibliothèques : esthétiques alternatives d'organisation, de diffusion et de production d'objets culturels

Les «Nouveaux habits du colportage» est un projet axé autour d’une recherche pluridisciplinaire qui s’attache et questionne les modalités et les formes d’infra-structures de partage que constituent les «bibliothèques parallèles». Ancrés dans le contexte des pratiques numériques, les enjeux soulevés sont principalement ceux de l’archive, du droit d’auteur et de l’accès à la connaissance, des communs, et de la copie comme production artistique. En activant un observatoire sensible des pratiques via des expérimentations pratiques situées, nous questionnons les esthétiques du commun par le biais de l’enquête itinérante.

Au gré de collectes, pérégrinations et activations, nous arpentons des initiatives qui se déploient dans des lieux ou sur des serveurs, qui abritent des biens culturels et les partagent via des dispositifs souvent considérés comme illégaux. À la lisière ou en dehors du cadre du droit d’auteur et de la propriété intellectuelle, ils sont parfois tolérés et souvent condamnés.

Nous empruntons comme métaphore la figure du·de la colporteur·rice comme autant de mise en réseau et diffusion de savoirs particuliers, à l’ère du numérique.

La recherche Les nouveaux habits du colportage est soutenue par l'ENSAV la Cambre et le FRArt et portée par Alexia de Visscher, Léonard Mabille et Alice Néron.

Actu

Module interdisciplinaire La Cambre/erg

“Les formes de la piraterie”

6 — 10 novembre 2023

Programme

Lundi 6 novembre

Se faufiler dans les interstices du droit et les marges des cartes : négocier des espaces de partage

FR

Séverine Dusollier est professeure à l'Ecole de droit de Sciences Po et travaille depuis 25 ans sur le droit d'auteur, les pratiques créatives et culturelles, les licences libres et les communs. Elle est titulaire d'une chaire Senior à l'Institut Universitaire de France, dont les recherches portent sur une écologie du droit d'auteur, qui vise à replacer les créateurs.rices et leurs pratiques dans un environnement culturel et inclusif.

Depuis 3 siècles le droit d'auteur protège les oeuvres littéraires et artistiques en accordant aux auteurs des droits exclusifs de reproduction et de diffusion des créations. Le droit oppose ainsi les oeuvres originales, résultant d'un Auteur original et unique, des copies et imitations, considérées comme illégitimes. Mais les pratiques créatives sont bien plus relationnelles et reposent sur des emprunts, modifications, circulations des oeuvres. La présentation tentera de montrer quels espaces de négociation et de 'piraterie' subsistent en droit d'auteur et comment les artistes ont imaginé de nouvelles formes de partage et de communs.

EN

Séverine Dusollier, teacher at the Sciences Po Law School has been working for 25 years on copyright, creative and cultural practices, free licences and the commons. She holds a Senior Chair at the Institut Universitaire de France, whose researches focus on copyright's ecology, which aims to put creators and their practices in a cultural and inclusive environment.

For 3 centuries, copyright has protected literary and artistic works by granting authors exclusive rights to reproduce and distribute their creations. The law thus sets original works, resulting from an original and unique Author, against copies and imitations, considered illegitimate. But creative practices are much more relational, based on the borrowing, modification and circulation of works. The presentation will attempt to show what areas of negotiation and 'piracy' remain in copyright law, and how artists have developed new forms of sharing and commons.

FR

Atelier cartographique (AC) est une coopérative de pratiques cartographiques basée à Bruxelles. Les métiers des membres d'AC tissent l'écriture de logiciels, le design et la recherche territoriale pour explorer d'autres modes d'interactions urbaines, sociales et politiques.

Dans leur présentation, les membres d'AC remettront en question la façon dont les cartes sont façonnées par les conventions et les relations de pouvoir. Ils mettront en tension ce que les pratiques cartographiques rendent visible et explicite avec leur contrepartie invisible et implicite. De l'atlas du Pirate Bartholomew aux tricots codés des femmes de la résistance, cette présentation abordera la "carte pirate" à travers les deux axes du hors la loi et de l'échange d'informations.

EN

Atelier cartographique (AC) is a cooperative of mapping practices based in Brussels. AC members weave together software writing, design and territorial research to explore other modes of urban, social and political interaction.

In their lecture, members of AC will question how maps are shaped by conventions and relations of power. They will put into tension what cartographic practices make visible and explicit with their invisible and implicit counterparts. From Pirate Bartholomew's atlas to the coded knitwear of the women of the resistance, this talk will approach the 'pirate map' through the two axes of the outlaw and the exchange of information.

FR

Piero Bisello est critique d'art et écrivain basé à Bruxelles. Il a une formation en philosophie et en histoire de l'art. Ces dernières années, il a publié deux livres chez l'éditeur bruxellois Surfaces Utiles et a écrit des textes pour des artistes tels que Kasper Bosmans, Valérian Goalec et Clara Thomine, entre autres. Il co-dirige la galerie Gauli Zitter, basée à Bruxelles.

Brussels Midi Spoor 7" était une galerie d'art illégale située dans l'une des salles d'attente sur le quai 7 de la gare de Bruxelles-Midi. Elle a accueilli des expositions entre 2019 et 2021. Quelques artistes et commissaires d'exposition ont organisé des événements et expositions qui devaient tenir compte du contexte et des conditions propres à l'espace semi-public d'une gare. Piero Bisello a récemment rassemblé la documentation de onze projets qu'il a organisés à Bruxelles Midi Spoor 7" dans un catalogue. La présentation portera sur le projet dans son ensemble et sur le catalogue.

EN

Piero Bisello is an art critic and book maker based in Brussels. He has a background in philosophy and art history. In recent years he has published two books with the Brussels-based publisher Surfaces Utiles and has written catalogue essays for artists such as Kasper Bosmans, Valérian Goalec, and Clara Thomine among others. He co-runs the Brussels-based gallery Gauli Zitter.

Brussels Midi Spoor 7" was an unauthorised art gallery in one of the waiting rooms at the Brussels South station that hosted exhibitions in between 2019 and 2021. A few artists and curators organised regular events and shows that had to deal with the specific context and conditions of semi-public space in a train station. Piero Bisello has recently collected into a catalogue the documentation of eleven projects he organised at Brussels Midi Spoor 7. The talk will deal with the project at large and the catalogue more specifically.

Mardi 7 novembre

Infra-structures pirates, pratiques artistiques et stratégies d'apprentissage

FR

Hélène - Autodidacte dans diverses pratiques liées au cinéma (projection, labos, production, post-production, archivage, ...), actuellement impliquée dans le milieu pédagogique institutionnel (en charge de la coordination budgétaire de l’Erg) avec un engagement constant dans l'établissement de synergies entre les différentes facettes de cet environnement, surtout celles qui pourraient facilement être invisibilisées par la machine institutionnelle. Joseph est étudiant en dessin à l'ERG. En 2018, il contribue à créer l'ASBL Gilbard, une récupérathèque de matériaux de construction, et en 2019, il conçoit et construit en collaboration avec avec Doriane Timmermans l'espace physique du Rideau de Perles, la bibliothèque auto-gérée de l'erg.  Entre 2021 et 2022, il fait une pause dans ses études artistiques pour se former à l'ébénisterie en France.

À travers l’expérience commune & plurielle du Rideau de perles nous tenterons de tisser, chacun·e via nos prismes et pratiques formelles & informelles, passées & présentes, des liens & ramifications, questions & tensions entre visible/invisible (in/visibilisation), structure/liquidité, mobilité/immobilité, pratiques individuelles/collectives/des luttes/institutionnelles, ...

EN

Hélène - Self-taught in various practices related to cinema (projection, labs, production, post-production, archiving, ...), currently involved in the institutional teaching environment (in charge of the Erg's budgetary coordination) with a constant commitment to establishing synergies between the different facets of this environment, especially those that could easily be made invisible by the institutional machine. Joseph is a drawing student at ERG. In 2018, he helped to set up the ASBL Gilbard, a recycling centre for building materials, and in 2019, in collaboration with Doriane Timmermans, he designed and built the physical space of the Rideau de Perles, the erg's self-run library. Between 2021 and 2022, he had a break from his artistic studies to train as a cabinetmaker in France.

Through the common & plural experience of the we will try to weave, each through our prisms and formal & informal practices, past & present, links & ramifications, questions & tensions between visible/invisible (in/visibilisation), structure/liquidity, mobility/immobility, individual/collective/struggle/institutional practices, ...

FR

Wendy Van Wynsberghe est artiste numérique bricoleuse, preneuse de son et d'enregistrements sur le terrain, entremêlée à la nature et sa vie sauvage, fascinée par le protocole sous toutes ses formes, incluant les relations inter-humaines et non-humaines, codeuse frankenscript, passionnée du physical computing, s'adonnant au tissage, à la broderie, au crochet et au tricot (avec ou sans eTextiles).

Nous nous pencherons sur le concept de "soins pirates", sur la notion de technodésobéissance, nous découvrirons des pulls émettant des ondes radio et nous finirons par chercher comment bloquer toutes les communications.
L'après-midi, nous mettrons la main à la pâte, pour aboutir à notre propre petite cage de Faraday.

EN

Wendy Van Wynsberghe is a tinkering and digital artist, sound & field recorder, intertwined with nature and its wildlife, fascinated by protocol in all its forms, including inter-human and non-human relations, frankenscript coder, physical computing aficionado, dabbling in weaving, embroidery, crochet & knitting (with or without eTextiles).

We will look at the concept of what pirate care can be, what can technodisobedience mean, discover radio emitting sweaters, to end up researching how to block all communication. In the afternoon we go hands-on, ending up with our own little Faraday cage.

Mercredi 8 novembre

Le circuit de la copie, conditions collectives de réemploi et écologie de la dissémination

FR

Simon Browne est designer, chercheur, éditeur expérimental et bibliothécaire hypothétique. Sa pratique engage la dimension sociale de l'édition et les technologies situées dans le domaine public. Il est membre des collectifs Varia à Rotterdam et Open Source Publishing à Bruxelles.

Simon Browne présentera plusieurs projets d'édition expérimentale issus de sa pratique qui proposent des formes d'infrastructures sociales permettant la diffusion, telles qu'une bibliothèque clandestine, des temps accordés à l'impression de fiches de lectures grâce à une indexation temporaire et une série d'ateliers pour créer des bibliothèques parallèles.

EN

Simon Browne is a designer, researcher, experimental publisher and a Contingent Librarian. His practice engages with the social dimension of publishing and technologies situated within the public domain. He is a member of the collectives Varia in Rotterdam and Open Source Publishing in Brussels.

In this presentation, he will describe several experimental publishing projects in his practice that propose forms of distributed social infrastructures such as; a bootleg library, moments to print catalogue cards by temporary indexing and a workshop series to make libraries in parallel.

FR

La pratique d'Eva Weinmayr se situe à l'intersection de l'art, de la pédagogie critique et de l'analyse institutionnelle. Préoccupée par les micro-politiques de l'édition et les notions enchevêtrées de l'auctorialité d'un point de vue intersectionnel et féministe, elle a développé et publié sa thèse de doctorat, Noun to Verb, sur un MediaWiki. Actuellement, elle travaille avec Femke Snelting sur le projet Ecologies of Dissemination qui tente de déployer une politique de (ré)utilisation des matériaux d’auteur·ice·s, sans pour autant adhérer à une approche universaliste d'ouverture inconditionnelle [des licences].

EN

Eva Weinmayr's practice is situated at the interdetails of art, critical pedagogy and institutional analysis. Concerned with the micro-politics of publishing and entangled notions of authorship from an interdetailsal, feminist perspective – she developed and published her doctoral thesis Noun to Verb on a MediaWiki. Currently she works with Femke Snelting on the project Ecologies of Dissemination trying to develop a politics of reuse, that does not buy into a universalist approach to openness.

“First Times Do Not Exist” *

FR

En s'appuyant sur les questions soulevées par le *Piracy Project* (une collaboration avec l'artiste Andrea Francke), nous travaillerons ensemble sur les questions suivantes : Si nous considérons la propriété intellectuelle d'une œuvre comme faisant partie d'un effort culturel collectif, comment pouvons-nous inventer une politique de partage qui soit attentive aux différents niveaux de pouvoir ? Comment pourrions-nous prendre en compte le fait que "l'ouverture" "la transparence" ont des significations différentes selon les contextes?

EN

Building on the questions the *Piracy Project* (a collaboration with artist Andrea Francke) raises, we will work together on following questions: If we consider authorship to be part of a collective cultural effort, how can we invent a politics of sharing that is attentive to power differences? How can we take into account that «openness» means different things in different contexts?

Jeudi 9 novembre

“First Times Do Not Exist”*

"Code Switch"

Part 1

We will read together excerpts of Afro-American feminist theorist Kathrine McKittrick’s text: Footnotes (books and papers scattered on the floor), in which she gives an account of her own lively practices of sourcing and resourcing knowledges and ideas:

Nous lirons ensemble des extraits du texte de la théoricienne féministe afro-américaine Kathrine McKittrick : Footnotes (books and papers scattered on the floor), dans lequel elle rend compte de ses propres pratiques mouvantes de collecte et de restitution de connaissances et d'idées :

By observing how arranging, rearranging, and collecting ideas outside ourselves are processes that make our ideas our own, I think about how our ideas are bound up in stories, research, inquiries, that we do not (or should not claim we) own.

Kathrine McKittrick’s (2021, p. 15)

Part 2

Eva Weinmayr will introduce ways of making conditions of sharing and re-using explicit. We will look at conditional licences, prompts, manifestos and how they operate.

Eva Weinmayr présentera des moyens d'expliciter les conditions de partage et de réutilisation. Nous examinerons les licences conditionnelles, les incitations, les manifestes et leur fonctionnement.

Vendredi 10 novembre

“First Times Do Not Exist”*

Friday’s workshop will be dedicated tot hink how you would formulate and apply conditions of sharing and reuse to your (collective) work and how you like to distribute it. You will work in small groups.

L'atelier de vendredi sera consacré à la réflexion sur la manière de formuler et d'appliquer des conditions de partage et de réutilisation à votre travail (collectif) et sur la manière dont vous souhaitez le distribuer. Vous travaillerez en petits groupes.

The groups will share their licence/manifesto/condition/guideline (etc.) and present the rationale for it.

Les groupes partageront et expliqueront leur licence/manifeste/condition/guide (etc.).

* Quote by Cristina Rivera Garza (2020). The Restless Dead: Necrowriting and Disappropriation. Tennessee: Vanderbilt University Press (p 50)

Une journée d'introduction a eu lieu le 27 octobre, pour plus de détails, voir ici

Post-programme

Vendredi 17 novembre

FR

Sarah Vanhee est une artiste, performeuse et autrice, connue pour sa transdisciplinarité et la singularité des formes artistiques qu'elle invente. Sa pratique artistique est guidée par l'imagination radicale: de la création de fictions radicales à la réalisation d'interventions radicales dans la réalité. Elle saisit l'art comme un instrument pour ramener des récits sous-exposés et des voix non-dominantes au premier plan. Sarah Vanhee voyage entre l'espace public et le champs artistique institutionnel. Elle a travaillé dans des prisons, dans des habitations privées, dans des théâtres, dans des salles de réunions d'entreprises etc. Sarah Vanhee est convaincue que l'art appartient à chacun·e et que chacun·e peut être un·e artiste.

EN

Sarah Vanhee is an artist, performer and author, known for her transdisciplinary, cross-sectoral work and for inventing original art forms, mostly in a dilettante manner. Her art is driven by radical imagination, which leads to the creation of radical new fictions, or the realization of radical interventions in reality. In addition, art is an instrument for her to bring underexposed narratives and non-dominant voices to the foreground. Vanhee travels in between public space and institutional art field. She worked in prisons, private living rooms, open fields, theatres, on public canvases, in corporate meeting rooms, etc. Vanhee believes that art belong to every one and every one can be an artist.

Vendredi 24 novembre

Contexte

En 1751, la première occurrence du mot contrefaçon est recensée dans l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert et désigne un terme lié à la librairie: CONTRE-FAÇON, s. f. terme de Librairie, qui signifie édition ou partie d’édition d’un livre contrefait, c’est-à-dire imprimé par quelqu’un qui n’en a pas le droit, au préjudice de celui qui l’a par la propriété que lui en a cédée l’auteur ; propriété rendue publique & authentique par le privilège du Roi, ou autres lettres du sceau équivalentes. Voy. Contrefaire.

Les premières formes pirates de la copie prennent ainsi leur ancrage dans le domaine de l'édition. Depuis, si le monde de la contrefaçon est le plus souvent associé aux accessoires de marque de luxe, la figure du pirate n'est pas moins associée au champ de l'art et au partage des biens culturels en général.

Marchand ou non-marchand, circulant via Internet ou de mains en mains, par antennes bricolées ou par bluetooth, des biens culturels piratés prolifèrent partout où la propriété intellectuelle en verrouille l'accès. Face à cette législation, nombreux·ses sont les pirates qui transgressent les normes dominantes animé·es par le désir de partager et la nécessité d'accéder à ce que le privilège du droit d'auteur enclot. Qu'il s'agisse d'obtenir des contenus mondialisés inaccessibles en raison de conditions géopolitiques et socio-économiques, ou de sauvegarder les artefacts d'une culture en marge du système global, de multiples tactiques de diffusion s'inventent et se déploient dans les interstices du juridique. Copier, archiver, monter, assembler, modifier, citer, parodier, customiser, remixer sont autant de gestes d'appropriation inscrits dans une «économie du recyclage» qui produisent de nouveaux biens culturels et les réinscrivent au sein d'écosystèmes de circulation parallèles.

Ces «nouveaux» artefacts portent les traces des gestes et des infrastructures pirates qui les ont produites et mis en circulation. Marqués par la dégradation du médium, les interférences, le flou ou le bruit, ces caractéristiques formelles communes à de nombreux biens piratés signent ce que l'on pourrait qualifier d'esthétique pirate. Celle-ci opère avant tout une transformation du partage du sensible en redistribuant les possibilités d'y participer.

Bibliothèques de l'ombre, radios pirates, guerilla television, dead drops,fanzines, cine-clubs, Infokiosques militants, Forum P2P, Xerographie dissidente (leak) sont autant d'exemples à partir desquels nous travaillerons. Nous les traverserons pour comprendre leurs contextes, leurs enjeux et leurs usages et nous mettrons ces infrastructures parallèles en perspective avec nos pratiques artistiques.

Infos pratiques et inscriptions

Inscriptions réservées aux étudiant·es

Inscriptions réservées au public extérieur